Meurtre dans le boudoir – Frédéric Lenormand

Quatrième de couverture :

Alors qu’il nie être en train de publier les Lettres anglaises, qu’il nie d’ailleurs avoir écrites, Voltaire se trouve une fois de plus embarqué dans des crimes – qu’il n’a certainement pas commis !
Le réel assassin, de son côté, semble s’en prendre à des individus dans leur plus simple appareil, de préférence en aimable compagnie, dans des mises en scène inspirées de livres licencieux. L’affaire risque de faire du bruit, car il s’agit à chaque fois d’hommes d’importance.
Voilà notre Voltaire contraint d’aller se compromettre dans les recoins pas nets de la capitale, maisons de débauche gérées par des « abbesses », librairies clandestines, bureaux de la Librairie où les ouvrages interdits disparaissent entre les mains des exempts… sur les traces d’un meurtrier qui, comble de ce siècle, s’est pris de haine pour les libertins.

Mon avis :

Ce roman de Frédéric Lenormand est le deuxième d’une série intitulée « Voltaire mène l’enquête ». Je vous présenterai le premier plus tard, je ne l’ai pas encore lu. Le lecteur se retrouve plongé en plein XVIIIème siècle dans le Paris de l’époque. Voltaire, entre un embastillement et un exi,l se retrouve confronté à la censure possible de ses « Lettres philosophiques ». Pour avoir une chance d’échapper aux foudres du pouvoir royal, il se retrouve plus ou moins contraint d’enquêter sur des meurtres commis dans le milieu libertin.

J’avais visité, en étant enfant, le château de Ferney-Voltaire, et j’ai souvenir d’un guide nous narrant les facéties du philosophe. Et c’est avec plaisir que je retrouve celles-ci dans le roman ! Souffreteux certes, il n’hésite pas à se faire passer régulièrement pour mourant, se déguise pour mieux infiltrer certaines sociétés (un grand moment du livre, lorsque déguisé en dévot, il s’en va assister à la messe dans une des églises les plus janséniste de Paris, afin de prendre la mesure des ventes possibles de son livre… Et sa satisfaction lorsqu’il s’exclame « Ce sera un succès, le curé m’a comparé à l’antéchrist ! »)

Je résume donc : un très beau style, un Voltaire plus vrai que nature, beaucoup d’humour, et une intrigue qui se passe dans les milieux libertins… C’est du très bon roman policier historique, comme on aimerait en lire beaucoup plus souvent. Et cerise sur le gâteau, cela se lit très très vite (24 heures pour ma part). A recommander même aux adolescents, car vraiment très accessible.

éditions JC Lattès – 18 €

A paraître le 2 février 2012

Publicités

Une réflexion sur “Meurtre dans le boudoir – Frédéric Lenormand

  1. Pingback: La baronne meurt à cinq heures – F. Lenormand | Les lectures d'Isabelle Lorédan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s