La cabane des pendus – Gordon Ferris

Quatrième de couverture

1946. Douglas Brodie, ancien policier, est rentré de la guerre depuis quelques mois lorsqu’il reçoit un appel de Hugh Donovan, un ami d’enfance qu’il croyait mort au combat : condamné pour le viol et le meurtre d’un petit garçon, il va être pendu dans quatre semaines. Afin de prouver l’innocence de Hugh, Brodie replonge dans le décor poisseux de leur enfance et la misère de la banlieue de Glasgow. Il se trouve une alliée de choix en l’avocate de Hugh, Samantha Campbell, mais le temps presse, et ni le gang local ni la police ne semblent vouloir leur faciliter la tâche.

Mon avis 

Gordon Ferris nous emmène ici dans l’Ecosse de l’immédiate après-guerre, où misère, souffrance morale et blessures de guerres sont le lot des héros. Le héros, Douglas Brodie se retrouve confronté à son passé pour tenter de démontrer l’innocence d’un homme qui fut son ami d’enfance, et pour cela, de surmonter ce qui les avait irrémédiablement séparés. Si il sait que Hugh a été capable de trahir son meilleur ami, cela en fait-il pour autant un assassin d’enfants ?

Voilà un roman policier remarquablement bien mené, sans aucun temps mort et qui plus est, fort bien écrit, ce qui ne gâche vraiment rien. Tout comme le personnage principal, le lecteur se retrouve aspiré dans une suite infernale d’horreurs et d’ignominies. Mais les affreux ne sont pas forcément là où on les attend de prime abord. Ici, tout est biaisé dès le départ. Un homme, meurtri dans sa chair par la guerre se retrouve broyé par une implacable machine, sans que cela ne gêne personne.

Une fois que l’on est entré dans l’histoire, il devient très difficile de s’en détacher, tant on a envie de savoir : Hugh est-il vraiment innocent, sera-t-il sauvé de la potence qui l’attend ? Et surtout, si ça n’est pas lui qui a violé et assassiné ce petit garçon, qui donc a bien pu commettre cette horreur ?

Voyage au bout de l’enfer, tel pourrait être le sous-titre, tant tout ce que l’on découvre au fil des pages est abjecte.

Je ne peux que vous encourager à découvrir ce très bon roman, vous y passerez des heures palpitantes.

A PARAITRE LE 16 FÉVRIER 2012

AUX PRESSES DE LA CITE

Publicités

Une réflexion sur “La cabane des pendus – Gordon Ferris

  1. c’est un roman qui vous prend aux tripes et que vous ne lachez pas, Gordon Ferris, un auteur à suivre.
    L’auteur évoque les traumatismes, blessures physiques et morales de l’après-guerre, ces souffrances et cette difficulté à continuer à vivre après avoir vécu l’enfer et de continuer à travers les cauchemars qui viennent hanter la nuit du héros de ce livre. Intrigue bien ficelé, histoire bien écrite et solide, bravo.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s