Le forgeron de La Jonvelle – Michel Dodane

Quatrième de couverture

1950. Au petit village de La Jonvelle, au coeur du Doubs, Théo, le forgeron, est persuadé que la mort de sa femme et de sa fille n’est pas accidentelle. Il engage un détective privé qui se heurte très vite aux hommes de main de l’inquiétant Philippe Saint Allain, un puissant notable de la région. Mais Théo est bien décidé à faire éclater la vérité, quel qu’en soit le prix…

Mêlant passions et suspens, Michel Dodane nous entraîne dans l’atmosphère oppressante des paysages rudes et sauvages de cette Franche-Comté qu’il connaît si bien.

Mon avis

Michel Dodane, franc-comtois de naissance, n’en est pas à son premier roman. Déjà, dans sa trilogie « Les enfants de la Vouivre », il s’était plu à dépeindre cette région qu’il aime tant.

Nous avons ici un bon roman régionaliste, qui dépeint avec justesse ce qu’était la vie dans le Haut-Doubs. Les paysages, la faune et la flore ainsi que les caractères bien trempés des personnages sonnent justes.

L’intrigue est bien menée. Le lecteur se prend complètement au jeu de savoir qui donc, sur ces verts plateaux, a décidé de détruire la vie de Théo, mais surtout, POURQUOI ? Si l’on a très vite la réponse à la première question (c’est un choix de l’auteur, peut-être aurait-il mieux valu ménager un peu plus le suspens de ce côté là ?) il faut attendre la toute fin du roman pour connaître le pourquoi.

En bonne franc-comtoise, j’ai retrouvé avec plaisir des expressions bien typiques de chez nous. Cependant, peut-être aurait-il fallu, à minima, quelques notes afin d’expliquer certains mots. Le lecteur lambda n’est pas forcément féru de dialecte comtois, et n’identifiera pas forcément ce que peut-être un « beuillot »* ou des « cramaillots »**. Mais j’ai été heureuse de retrouver ce vocabulaire qui était courant chez nous lorsque j’étais enfant, et qui peu à peu, disparaît.

Une bonne lecture distrayante et aisée, sans prétention autre que d’apporter un moment de détente au lecteur.

* beuillot : personne peu maligne, sotte

** cramaillot : pissenlit

PARUTION LE 1er MARS 2012

aux éditions ALBIN MICHEL

Pour ceux que le « parler comtois » intéresse, je conseille d’aller visiter la section du forum « Cancoillotte.net » qui lui est consacré, c’est ICI

Publicités

Une réflexion sur “Le forgeron de La Jonvelle – Michel Dodane

  1. Pingback: Les enfants de la Vouivre : la trilogie complète | Les lectures d'Isabelle Lorédan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s