Villa Diamante – Boris Izaguirre

Quatrième de couverture

Une flamboyante saga qui retrace, à travers le destin cruel de deux soeurs, près d’un siècle de l’histoire du Venezuela.

Beaux quartiers de Caracas, 1935. Alors qu’Irene et sa soeur Ana Elisa préparent Noël en famille, leur maison est investie et saccagée par la foule qui célèbre la mort du dictateur dont leur père, Alfredo, est partisan. Incapable de surmonter cette humiliation, Alfredo meurt, tandis que sa femme sombre dans une profonde dépression. Les fillettes sont recueillies par leurs voisins, qui rapidement font main basse sur leurs biens…

Irene est promise au fils aîné, alors qu’Ana Elisa est cantonnée aux tâches domestiques. C’est tragiquement que celle-ci échappe à sa condition et s’enfuit pour Trinidad.

Avec en toile de fond les dictatures militaires de Juan Vicente Gómez et Marco Pérez Jiménez, les combats de la Seconde Guerre mondiale et la corruption politique qui a résulté du choc pétrolier, Villa Diamante dresse le portrait de deux femmes inoubliables.

Mon avis

Ce roman est parfait du point de vue de l’écriture et de la construction. Tout au long de la lecture, on découvre des vies brisées, des personnages qui tentent, tant bien que mal et comme ils le peuvent, de se reconstruire, ainsi que les dessous peu reluisants des coups d’état.

Cependant, j’avoue que j’aurais été plus touchée si les héros avaient été de « petites gens ». Les affres des milieux aisés (proches de l’une ou de l’autre dictature d’ailleurs) ont un peu tendance à me laisser indifférente, même si je comprends parfaitement qu’il est ainsi beaucoup plus facile de dénoncer les connivences diverses (ce qui était peut-être le but de l’auteur) ou les prises de conscience.

De la bonne littérature sud-américaine qui demande de s’impliquer, ça n’est pas forcément une lecture facile, et qui plus est, le roman est très très dense.

Paru en février aux Presses de la Cité – 22.50 €

Publicités

Une réflexion sur “Villa Diamante – Boris Izaguirre

  1. ma grand’mère s’appelait DIAMANTE, mais ce n’est pas que pour ça que je veux lire le livre de Boris, une émission de radio sur info m’a réveillé et avec les explications données, je vais lire ce livre avec ma maman de 94 ans et qui vit sur PAU,

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s