Un secret n’est jamais bien gardé – Alessia Gazzola

Quatrième de couverture
Si, aux yeux de la plupart des gens, Alice Allevi est une fille maladroite au coeur d’artichaut, pour l’inspecteur Calligaris, elle est surtout une enquêtrice hors pair. C’est donc sans hésiter qu’il lui confie une nouvelle affaire. Konrad Azais, écrivain de renom, a été retrouvé mort à son domicile. Quelque temps auparavant, l’homme avait adressé à ses enfants une lettre leur annonçant qu’il comptait les déshériter au profit d’une inconnue. Ses ayants droit l’auraient-ils éliminé avant que sa fortune ne leur échappe ?
Convaincu que la personnalité solaire d’Alice aidera les langues à se délier, Calligaris l’envoie sur le terrain interroger les proches de la victime. Prenant son rôle très à coeur, la jeune femme se plonge corps et âme dans cette affaire, et dans l’oeuvre d’Azais. Elle ne tarde pas à découvrir que celui-ci entretenait des relations complexes avec feu Olivier Volange, son meilleur ami de jeunesse et écrivain raté…
Mon avis
J’avais chroniqué le premier volet les aventures d’Alice Allevi – étudiante en médecine légale- l’an dernier dans les colonnes de Fusion’elle, il s’agissait de La Mauvaise élève. J’avais beaucoup aimé ce roman mettant en scène une jeune femme maladroite et gauche, fashion victime complète, anti-héroïne au possible (surtout pour un polar), mais au final très attachante. Lorsque j’ai vu qu’était annoncée cette suite, je me suis donc précipitée dessus. Je dois dire que je n’ai pas été déçue du tout.
Alice est amenée à visiter un vieil écrivain afin de se prononcer sur son état mental, après que ses enfants aient fait une demande d’incapacité parce que leur père les déshéritait au profit d’une inconnue. Où cela se gâte, c’est lorsque quelques jours après, ce même écrivain est retrouvé mort dans sa chambre. Aucune marque, aucune blessure ne peut expliquer ce décès
Comme à son habitude, Alice va enchaîner les situations rocambolesques et les gaffes à répétition tout en menant tant bien que mal son enquête, seule contre tous. L’intérêt du lecteur ne faiblit pas avec ce second tome, car si le premier peignait le portrait de l’héroïne principale (avec une enquête en filigrane), dans celui-ci l’intrigue occupe bel et bien le premier plan et n’hésite pas à jouer avec les nerfs du lecteur.
Une bien bonne lecture divertissante et drôle, que je conseille vivement. Alessia Gazzola, un auteur à suivre désormais.

Éditions Presse de la Cité – 21.50 €
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s