Par le feu – Jane CASEY

Quatrième de couverture

Le Crémateur. C’est ainsi que les média surnomment le tueur en série qui terrorise Londres. Sa particularité? Rouer de coups des femmes avant de les brûler vives aux abords des parcs de la ville. Il compte déjà quatre victimes à son actif. Alors que la police croit avoir mis la main sur le coupable, un cinquième cadavre est découvert. Le meurtrier court-il toujours ?
Pour le lieutenant Maeve Kerrigan, jeune recrue de la police londonienne chargée d’enquêter sur Rebecca Haworth, la dernière victime, la tâche s’annonce des plus ardues : pas de témoin, des indices partis en fumée, une équipe misogyne qui ne la soutient pas… Tandis qu’une véritable psychose s’empare de la ville, elle décide de fouiller dans le passé de la défunte dans l’espoir de trouver des pistes susceptibles de la mener jusqu’au coupable. Rapidement, elle comprend que Rebecca n’était pas du tout la femme que l’on croyait…

En jouant sur l’alternance des points de vue et les faux-semblants, Jane Casey s’amuse à duper le lecteur qu’elle parvient à tenir en haleine jusqu’à la dernière page.

Mon avis

Encore un thriller qui met en scène un tueur en série me direz-vous… Certes mais dans celui-ci, l’accent est beaucoup plus mis sur le côté psychologique de l’intrigue que sur une surenchère de détails sanglants, ce qui ma foi a ma préférence, car l’exercice est beaucoup plus périlleux à mener.

Deux femmes se partagent la vedette de ce roman. L’une, Maeve, policière à Londres, cumule deux handicaps aux yeux de sa hiérarchie et de ses collègues : être femme et d’origine irlandaise ; l’autre, Louise, est avocate, meilleure amie de la dernière victime. Le récit se fait essentiellement à deux voix, en alternant les chapitres du point de vue de Maeve et de Louise.

De beaux personnages féminins ici, tant dans les personnages principaux que secondaires (la victime elle-même est très intéressante) et l’intrigue tient bien la route. C’est un roman de bonne facture qui se laisse lire avec plaisir et qui est dans la tradition de la littérature policière féminine anglo-saxonne. A découvrir pour les amateurs du genre.

Éditions Presses de la Cité – 22.50 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s