L’amour & les forêts – Eric Reinhardt

Quatrième de couverture

À l’origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changé sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l’écrivain, l’entraînant dans sa détresse, lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence, mais aussi le début de sa perte.
Récit poignant d’une émancipation féminine, L’amour et les forêts est un texte fascinant, où la volonté d’être libre se dresse contre l’avilissement.

Mon avis

Attention, chef-d’oeuvre et je ne dis pas cela à la légère du tout. J’avais adoré Le Système Victoria, paru en 2011, mais ce nouveau roman le détrône allègrement. Avec L’amour et les forêts, non seulement le lecteur ne peut que tomber sous le charme de l’écriture exigeante de l’auteur et de la beauté des phrases, mais il ressort complètement sonné, bouleversé par le destin de l’héroïne, par sa lutte contre les tortures et humiliations permanentes que lui inflige son bourreau de mari. C’est un voyage au bout du courage, mais aussi de l’abjection humaine… Jusqu’où un homme harceleur, manipulateur pervers narcissique, est-il capable d’aller pour assouvir sa perversion ? La réponse est sans appel : il n’a aucune limite. Le tableau qui en est fait ici est effroyable de réalisme, il glace jusqu’aux os, nous plonge dans la réalité de ce que sont ces personnes dénuées de plus petite once d’humanité.

L’auteur se met en scène dans ce roman, et raconte comment il fut amené à échanger des courrier, puis à rencontrer Bénédicte Ombredanne, lectrice fidèle. Sans aucun narcissisme, il se met au service de son personnage pour qui il développe une empathie véritable. Au fil des pages, il devient son confident, celui à qui elle se livrera dans ce qu’elle a de plus secret.

C’est l’histoire d’une lutte sans merci pour la dignité, pour le bonheur, pour la survie. Il a été beaucoup évoqué Emma Bovary à propos de ce roman, mais pour moi Bénédicte Ombredanne est une anti-Emma Bovary par excellence. Alors que l’héroïne de Flaubert court après des chimères, incapable de voir que ce qu’elle recherche est déjà en sa possession, Bénédicte est parfaitement consciente et lucide de sa vie dramatique et entre en lutte pour sa survie et son bonheur.

Bénédicte Ombredanne a la beauté des grandes héroïnes de tragédie, un de ces personnages qui traversent les siècles et touchent des générations nombreuses de lecteurs. A noter que ce roman fait figure de grand favori dans la course aux Prix Littéraire de cet automne, et il est pour moi impensable qu’il ne décroche rien. Il mérite largement le Goncourt.

Un extrait

On est tous divisés, on est intérieurement plusieurs personnes contradictoires qui se combattent ou dont les intérêts se contredisent, on est tous amenés à jouer des rôles qui en définitive sont des facettes d’une vérité unique qu’on passe son temps à intérioriser, à travestir, à protéger du regard d’autrui et finalement à trahir, parce qu’on a honte de s’avouer aussi complexe, pluriel, tiraillé, contradictoire et donc essentiellement infini, alors que c’est précisément notre force.

 

Publicités

3 réflexions sur “L’amour & les forêts – Eric Reinhardt

  1. Je ne dirai pas que ce livre est un chef d’oeuvre de la rentrée littéraire, il ne faut pas exagérer, que veut-dire d’ailleurs chef d’oeuvre ? j’ai lu des livres de cette rentrée beaucoup plus puissants comme Journal de la chute, ou encore Le Ravissement des innocents, mais j’ai bien aimé L’amour et les forêts, le lien lecteur/écrivain est aussi intéressant que le thème de la femme soumise à sa douleur. (du reste, j’ai parlé de L’amour et les forêts en même temps que Merci pour ce moment…le thème de l’humiliation de la femme traité de façon différente)
    Je ne crois pas que Eric Reinhardt soit exempt de tout narcissisme comme vous le supposez isabelle, dans le fait qu’il accompagne Bénédicte dans sa tentative (vaine) de rompre ses chaînes, il est avant tout séduit par une lettre dans laquelle elle lui exprime son admiration pour son écriture, ses livres…c’est ce qui le ferre malgré tout, sa si belle lettre ensuite où elle parle de son livre à lui…mais effectivement il est plein de bienveillance pour son admiratrice et est touché par le bien qu’il lui fait à travers ses livres porteurs d’espoir pour elle (c’est un sentiment narcissique malgré tout) Ceci dit, une chose m’a frappée – et amusée – à un moment Eric Reinhardt est agacé, vexé qu’elle se serve de lui pour espérer échapper à la jalousie de son mari, à tel point qu’il ne lui répond plus….C’est fort de café :))….lui même (comme tous les écrivains) se servant des gens rencontrés pour écrire leurs oeuvres…et encore plus gonflé quand on sait qu’il se sert d’elle pour écrire son roman…eheh…même si c’est pour lui rendre hommage.
    Bon, c’est un joli livre et j’ai beaucoup aimé pour ma part le passage très réussi de son passage chez l’esthéticienne, la belle-soeur de Bénédicte.

    J'aime

    • Sur le narcissisme, sans doute aurais-je du nuancer plus mon propos. Ce que j’ai voulu dire, c’est que dès lors que l’auteur est un personnage à part entière du livre, on s’attend plus ou moins à son omniprésence alors qu’en fait, il se sert de ce subterfuge pour porter son héroïne, pour lui donner de la réalité (je l’ai rencontrée, elle existe). Je ne sais pas si je suis très claire dans mes explications… 🙂 Le passage où effectivement il est irrité qu’elle l’utilise n’a de raison d’être que par les sentiments qu’il fait naître ensuite, lorsque l’avatar d’Eric Reihnardt apprend ce qu’il est advenu de Bénédicte et se rend compte de ce que sa vanité a d’insupportable dans ce contexte. Finalement, je perçois cela comme une façon pour l’auteur de se moquer de lui-même (ne tente-t-il pas de reprendre contact avec Bénédicte que pour lui adresser son dernier livre dédicacé).

      J'aime

  2. Pingback: Réunion du 2 octobre 2014 à Champagney | Le Café Littéraire des 2 Plancher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s