Des gens très bien – Alexandre Jardin

Quatrième de couverture

« Tandis que mon père s’endort peu à peu contre moi, je lui parle une dernière fois :
Plus tard, tu ne pourras pas vivre avec le secret des Jardin. Il te tuera…
Tu feras un livre, Le nain jaune, pour le camoufler.
Au même âge que toi, j’en ferai un, Des gens très bien, pour l’exposer.
Et je vivrai la dernière partie de ta vie… La mienne.
Dors mon petit papa, dors…

Ce livre aurait pu s’appeler « fini de rire ».
C’est le carnet de bord de ma lente lucidité. »

A. J.

Mon avis

Voilà un livre dérangeant, qui met mal à l’aise. Au fil des pages, l’auteur expose la culpabilité qui est la sienne d’être « petit-fils de », en l’occurrence petit-fils de collaborateur, et pas n’importe lequel puisque Jean Jardin n’était rien de moins que directeur de cabinet de Pierre Laval, du printemps 1942 au 30 octobre 1943. Et Alexandre Jardin de de poser une question qui le hante : quel rôle a-t-il pu avoir dans l’organisation de la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942, quelle conscience a-t-il pu avoir de ce qui attendait ces juifs raflés. Est-il imaginable qu’à un poste aussi élevé de l’état on puisse dire que l’on ne savait pas ?

L’auteur fait part de ses années d’enquête au travers la littérature historique consacrée à cette époque, des réflexions nées de ses discussions avec des amis juifs, de ce qu’il a pu entendre dire également au sein de sa famille pour qui, Jean Jardin était forcément pur. Alexandre Jardin le dit lui-même, avec ce livre il veut « purger son ADN », sortir de cette famille qui a érigé le déni à un niveau supérieur, pour se trouver lui-même et en finir avec cette culpabilité qui le ronge alors qu’il n’est personnellement responsable de rien.

On est forcément touché par le mal-être et la colère qu’il décrit. Qu’aurions-nous fait dans la même situation ? Cela n’est pas sans m’évoquer la culpabilité collective qui s’empara des allemands dans les décennies qui suivirent la seconde guerre mondiale.

Avec ce livre, Alexandre Jardin décide de faire scission avec sa famille, avec le discours officiel qu’il juge mensonger, à tort ou à raison, là n’est pas le problème finalement. Ce qui est important c’est le comment il ressent les choses et comment elles lui ont empoisonné la vie. La sortie du roman a d’ailleurs créé bien des remous chez les Jardin, comme en atteste cet article du Figaro, à lire ICI, mais aussi chez des historiens et autres biographes de Jean Jardin (voir l’article de State.fr ICI).

Mais dans cette chronique il ne m’appartient pas de démêler le vrai du faux, mais de juger du livre au niveau littéraire. Il est bon, très bon même malgré quelques redondances qui finalement, mettent en évidence à quel point l’esprit de l’auteur est parasité par ces questions qui l’obsèdent tant. Et il nous fait nous poser beaucoup de questions sur nous-mêmes, c’est peut-être même là sa vertu principale. Parce que tous autant que nous sommes, avons des cadavres dans nos placards familiaux et que vivons plus ou moins bien cela. Mais l’essentiel au final, est de savoir qui nous sommes vraiment et comment nous voulons vivre le mieux possible avec cela.

Pour finir, je vous invite à visionner la critique qu’a fait Gérard Collard de ce roman (car oui, je suis d’accord avec lui, il faut le lire comme un roman).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s