Philomena – Martin Sixsmith

philomena_inside_full_content_pm_v8Quatrième de couverture

Lorsqu’elle tombe enceinte en 1952, Philomena Lee n’est qu’une adolescente. Dans l’Irlande de l’époque, avoir un enfant hors mariage est considéré comme un péché. C’est pourquoi sa famille l’envoie au couvent de Roscrea, tenu par des soeurs de Madeleine, comme d’autres « femmes déchues ». Quand son fils Anthony a trois ans, il lui est enlevé afin d’être adopté par de riches Américains. On oblige la jeune femme à signer un document dans lequel elle s’engage à ne jamais chercher à savoir ce que l’église a fait de son enfant.

Philomena a malgré tout dédié les cinquante années suivantes de son existence à chercher son fils, se heurtant sans cesse au silence de l’église. Elle ignore que, de son côté, celui-ci a entrepris la même quête. Rebaptisé Michael Hess, le garçon a fait bien du chemin depuis son adoption : avocat réputé, il a rejoint l’administration Bush. Tout en cachant à son entourage familial et professionnel son homosexualité, puis sa séropositivité. C’est justement parce qu’il se sait condamné qu’il décide de partir en Irlande, sur les traces de sa mère. Pour se heurter lui aussi au mutisme des nonnes…

Mon avis

Ceci n’est pas un roman mais plutôt le récit de l’enquête sur les traces du fils disparu de Philomena. Durant cinquante ans elle l’a cherché partout, cet enfant que les bonnes soeurs lui ont volé pour le confier à l’adoption. Cette histoire fait écho à un reportage diffusé il y a quelques années par France Télévision, traitant le cas de ce que l’on a appelé les Marie-Madeleine. En effet, dans les blanchisseries de ces couvents, beaucoup de filles-mères dont le seul crime était d’être enceintes sans être mariées. C’est le journaliste Martin Sixsmith qui va finalement en retrouver la trace, aux USA. Mais Anthony, qui est devenu entre temps Michael Hess, est mort, après avoir passé une grande partie de sa vie lui aussi, à retrouver ses origines et sa mère biologique. A tel point qu’il a souhaité reposer dans le cimetière du couvent où il était né, afin que sa mère puisse un jour retrouver sa trace. Mais avant cela, il aura connu une vie « hors normes », tant sur le plan professionnel que personnel.

C’est un récit bouleversant que l’on découvre au fil des pages. Le livre a été adapté au cinéma et récemment diffusé sur Canal Plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s