L’extraordinaire voyage du fakir… – Romain Puértolas

L'extraordinaire voyage du fakirQuatrième de couverture

Un voyage low-cost… dans une armoire Ikea! Une aventure humaine incroyable aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-Kadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, un éclat de rire à chaque page mais aussi le reflet d’une terrible réalité, le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle, sur le chemin des pays libres.
Il était une fois Ajatashatru Lavash Patel (à prononcer, selon les aptitudes linguales, « j’arrache ta charrue » ou « achète un chat roux »), un hindou de gris vêtu, aux oreilles forées d’anneaux et considérablement moustachu.
Profession: fakir assez escroc, grand gobeur de clous en sucre et lampeur de lames postiches. Ledit hindou débarque un jour à Roissy, direction La Mecque du kit, le Lourdes du mode d’emploi : Ikea, et ce aux fins d’y renouveler sa planche de salut et son gagne-pain en dur: un lit à clous.
Taxi arnaqué, porte franchie et commande passée d’un modèle deux cents pointes à visser soi-même, trouvant la succursale à son goût, il s’y installe, s’y lie aux chalands, notamment à une délicieuse Marie Rivière qui lui offre son premier choc cardiaque, et s’y fait enfermer de nuit, nidifiant dans une armoire… expédiée tout de go au Royaume-Uni en camion.
Digne véhicule qu’il partage avec une escouade de Soudanais clandestins. Appréhendés en terre d’Albion, nos héros sont mis en garde à vue.
Réexpédié en Espagne comme ses compères, Ajatashatru Lavash Patel y percute, en plein aéroport de Barcelone, le taxi floué à qui il échappe à la faveur d’un troisième empaquetage en malle-cabine qui le fait soudain romain… et romancier (l’attente en soute étant longue et poussant à l’écriture).
Protégé de l’actrice Sophie Morceaux, il joue une nouvelle fois la fille de l’air, empruntant une montgolfière pour se retrouver dans le golfe d’Aden puis, cargo aidant, à Tripoli.
Une odyssée improbable qui s’achèvera festivement en France où Ajatashatru Lavash Patel passera la bague au doigt de Marie dans un climat d’euphorie cosmopolite.
Sur le mode rebondissant des périples verniens et des tours de passe-passe houdinesques, voici donc, pour la première fois dans votre ville,
L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, un spectacle en Eurovision qui a du battant, du piquant et dont le clou vous ravira. Non, mais.

Mon avis

Je me suis laissée séduire par ce livre au titre délirant : « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa ». Vous avez remarqué comme, depuis quelques temps, la mode est aux titres à rallonge ? Je ne sais pas d’où vient l’idée, mais pour les titres de notes de blog, ce n’est pas l’idéal, d’où le raccourci utilisé pour celle-ci.

Il s’agit d’un conte moderne qui commence de façon pour le moins farfelue. Le personnage principal est un imposteur, menteur patenté, un peu -beaucoup- escroc, dont le seul but est de plumé son entourage et tout pigeon qui croise sa route. Jusque là, rien de bien palpitant me direz-vous. Sauf que son voyage, dont le seul motif était d’acquérir le fameux lit à clous spécial fakir de chez IKEA, va se révéler au fil des chapitres, un véritable chemin initiatique vers une nouvelle vie. À travers son périple international, Ajatashatru va se retrouver confronté à la misère du monde – qu’il découvre plus importante que celle qu’il a pu connaître, plus particulièrement  celle de ces êtres tellement désespérés qu’ils en viennent à risquer leur vie pour trouver asile à l’autre bout du monde. Ceci lui faisant honte, il décide de devenir un honnête homme et de consacrer sa vie à aider son prochain.

C’est un  roman qui se lit tout seul, qui fait sourire souvent et dont l’humour est mis au service de la réflexion sur les travers de nos sociétés. Si le sujet des immigrés clandestins est abordé, c’est avant tout pour nous montrer que derrière ce terme, il y a des êtres humains dont le seul souci est de vivre dignement… Par les temps qui courent, je trouve qu’il est important de le dire. On retrouve aussi l’entraide, grâce à l’épisode « Sophie Morceau », sans laquelle rien n’est vraiment possible. Et puis bien sûr, l’amour…

Durant ma lecture, je trouvais que l’histoire aurait eu plus de force si elle avait été écrite à la première personne. Mais en terminant le livre, je me suis dis que finalement, la décision de l’auteur n’était pas si éloignée que cela de mon vœu et que son choix était assez bien vu. Sous une allure douce et naïve, ce roman présenté comme humoristique n’est pour autant pas dépourvu d’esprit caustique et critique. Bref, vous l’aurez compris, j’ai aimé.

 

Publicités

Une réflexion sur “L’extraordinaire voyage du fakir… – Romain Puértolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s