L’aliéniste – Caleb Carr

l'aliénisteQuatrième de couverture

John Moore Schuyler, jeune chroniqueur criminel au New York Times, est appelé d’urgence par Laszlo Kreizler. Ce dernier, précurseur brillant de ce qui est aujourd’hui appelé la psychologie – un aliéniste selon le vocabulaire de l’époque -, a découvert le corps horriblement mutilé d’un jeune garçon. Il n’est pas le premier et ne sera pas le dernier… Quel genre d’être humain est capable de commettre de tels crimes, et pour quelle raison ? Ayant obtenu le soutien de Theodore Roosevelt, le futur président des Etats-Unis, alors préfet de la police de New York et une vieille connaissance de Kreizler et de Moore, les deux amis ouvrent leur enquête. Leur approche est inhabituelle, pour le moins : en étudiant ces crimes, ils pensent pouvoir brosser le portrait psychologique de l’assassin pour le devancer dans ses projets meurtriers. En cela, ils sont assistés par deux détectives juifs, spécialistes de méthodes révolutionnaires comme la dactyloscopie et l’anthropométrie judiciaire, et par une jeune femme ambitieuse qui rêve d’être la première femme officier de police. La petite équipe incongrue suscite l’intérêt, et, très rapidement, la réaction violente d’un groupe de personnes qui entendent utiliser à leurs fins la série de meurtres. Le tueur frappera de nouveau. Une course de vitesse s’engage, où se confondent chasseur et proie…

Mon avis

Il s’agit d’une réédition parue cette années aux Presses de la Cité, que j’ai reçue en service de presse. Ce roman, paru initialement en 1994, a reçu le Grand prix de littérature policière et le Prix Mystère de la critique. L’action se déroule en 1896 à New-York et on  découvre un préfet de police qui ne nous est pas inconnu, puisqu’il s’agit de Théodore Roosevelt, futur président des Etats-Unis. C’est lui qui décide qu’il est grand temps de mettre un terme aux agissements de ce tueur de prostituées. Pour se faire, il s’entoure d’amis : l’un est « aliéniste » (plus tard on l’aurait appelé psychiatre), l’autre est un expert avant l’heure, spécialiste de l’antropométrie et autres techniques nouvelles. Et nous avançons dans cette enquête avec ces tout-nouveaux outils, pionniers de ce qui va devenir plus tard la police scientifique. De ce point de vue, c’est extrêmement intéressant.

Ce roman tient à la fois du thriller, du roman d’aventures. Il y a en lui des réminiscences de ce que pouvaient être les grands feuilletons qui paraissaient jadis dans la presse. On est tenu en haleine tout au long des pages sans que l’on ne puisse se détacher de cette lecture. C’est un excellent roman que je recommande vivement. Du coup, cela me donne envie de découvrir les autres titres signés par l’auteur. Encore une belle découverte pour moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s