Mourir sur Seine – Michel Bussi

Quatrième de couverture

Un meurtre… Huit millions de témoins.

Sixième jour de d’Armada 2008. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen !

Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ?

Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ?

De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ?

Quel scandale dissimulent les autorités ?

Une implacable machination… qui prend en otage huit millions de touristes.

Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine.

L’histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant bien réelle, livre la clé de l’énigme. Les quais de Rouen, le pont Flaubert, le cimetière de Villequier, la chapelle Bleue de Caudebec-en-Caux, l’aître Saint-Maclou, l’hôtel de Bourgtheroulde, les rues médiévales de Rouen, les berges de la Bouille, la Marais Vernier… deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l’imagination.

Mon avis

J’ai découvert Michel Bussi avec Un avion sans elle, excellent roman qui n’en finit pas de caracoler en tête des ventes depuis sa parution en 2012. Je n’ai eu de cesse ensuite de connaître ses autres écrits. Ce fut donc Ne lâche pas ma main au printemps 2013, puis celui-ci que je me suis offert récemment.

Cadre principal de cette intrigue : l’Armada 2008 à Rouen, ou comment cette évènement festif qui a lieu seulement tous les quatre ans devient le théâtre de meurtres mystérieux. Ici comme dans les romans précédemment cités, passé et présent sont intimement liés. Cela semble être une constante chez l’auteur. Si l’on a à faire à un tueur en série, point de surenchère dans l’horrifique, dans les descriptions morbides et sanglantes, mais une solide suspens psychologique qui ferre le lecteur dès le début et ne lui laisse aucun répit. Au fil des pages, l’Histoire croise et recroise les petites histoires et les légendes normandes d’une façon très subtile.

Et puis il y a tout ce qui est du bonus (qui rajoute de l’agrément à l’intrigue, sans pour autant lui être indispensable). Ainsi on découvre de magnifiques descriptions des lieux, on entre dans l’histoire de la famille Hugo… Je pense que les lecteurs du cru doivent se retrouver totalement dans ce livre, quand aux autres, ils n’ont qu’une envie, c’est de pouvoir partir en pèlerinage sur les lieux.

J’ai beaucoup aimé le personnage principal, Maline, journaliste de presse locale, ex-reporter de Libération. Une femme forte d’apparence, mais dont les blessures anciennes sont encore mal cicatrisées et qui s’avère être une enquêtrice redoutable, voire un brin tête brûlée.

Éditions des Falaises – 18.30 €

Publicités