L’inconstance des démons – Eugène Green

Le mot de l’éditeur

 » Dans la première partie de ma vie, je fus heureux.  » C’est ainsi que Nikolau Aztera commence son récit. Jeune neurologue, Nikolau s’installe avec son épouse et leur enfant unique à Saint-Jean-de-Luz. À l’âge de quinze ans, son fils disparaît inexplicablement. Peu après, sa femme meurt de chagrin. Nikolau abandonne alors la médecine et se retire dans le village d’Ossès, en Basse-Navarre. Il transforme sa passion pour la bibliophilie en métier, devenant antiquaire de livres, dans ce qu’il envisage comme une retraite du monde, et une attente de la mort. Or un jour il reçoit la visite d’une dame dont le fils adolescent subit depuis peu des crises effrayantes, où il semble dialoguer dans un basque archaïque avec une voix parlant un français étrange. Elle demande à Nikolau de l’aider. L’enquête va le plonger dans l’abîme d’un mystère où sa vie prendra un nouveau sens. Ce roman, qui comporte une énigme, des crimes, et un véritable suspense, s’ouvre également sur des voies spirituelles et, à travers les plaisirs du récit policier, s’offre comme une réflexion sur le Mal et la grâce. Il soulève aussi, dans le cadre précis du Pays basque, la question générale du passé historique comme force du présent évoquant les grands procès en sorcellerie du début du XVII e siècle et la caste des cagots.

Mon avis

C’est un roman assez déroutant de par le fait qu’il regorge d’expressions basques (plus ou moins bien expliquées) et présente une construction hyper classique dans sa forme narrative ce qui donne un récit lent, ce à quoi nous sommes peu habitués pour le registre particulier du polar. Cependant, c’est une écriture travaillée et riche, à mille lieues de ce qui peut se faire aujourd’hui où l’on préfère souvent la facilité. Finalement, c’est assez adapté au sujet du roman qui est, lui aussi, relativement anachronique…

Ce roman nous embarque dans les traditions et légendes basques, dans lesquelles on retrouve -mais comme dans bien d’autres- l’omniprésence des démons et autres sorcier(ère)s. J’ai bien aimé l’idée de l’auteur de faire s’entraider deux âmes tourmentées (Nikolau, ancien neurologue, veuf, dont le fils a disparu à l’âge de 15 ans et Eguzki, adolescent victime de crises dont tout indique qu’il est possédé), mais je dois avouer que la première moitié du livre m’a semblée très très longue. Cela manquait de dynamisme à mon goût après, c’est quelque chose de totalement subjectif.

Par contre ensuite, je me suis retrouvée embarquée dans l’histoire et n’ai plus pu m’en détacher. A la première lecture, c’est l’aspect « polar » qui captive le lecteur, aussi je ne suis pas certaine qu’une seconde de soit pas utile pour prendre la mesure réelle de tout le côté métaphysique de l’histoire. Et même avec cela, je pense également qu’il faut sans doute une bonne connaissance de la culture basque pour en apprécier toutes les subtilités.

Un roman donc qui m’a agacée par moment, séduite à d’autres, mais qui au final, me laisse assez mitigée. Je le relirai sans doute plus tard, afin de voir si je reste sur ces impressions ou si je capte autre chose.

L’inconstance des démons, de Eugène Green est paru le 19 août 2015 aux Editions Robert Laffont.

Publicités