Sur une majeure partie de la France – Franck Courtès

Quatrième de couverture

Comment raconter cette impression de dépossession quand je retourne à la campagne ? Une campagne où je n’ai pas grandi mais où j’ai fait grandir en moi, lors des weekends et des vacances, la certitude que la beauté était en péril ?
Inspiré par mes souvenirs, j’ai voulu dérouler les destins parallèles de deux enfants, Quentin et Gary, sur une période de trente années, dans un village situé à moins de 80 kilomètres de Paris, passé du paradis à l’enfer.
Enfant sensible, Quentin aime profondément la nature ; Gary, lui, inquiète déjà par sa sauvagerie et son agressivité. En grandissant, Quentin s’éprend d’une jeune fille nommée Anne ; ils échangent leurs premières étreintes tandis que Gary s’entoure d’un gang, vole, fume et se met à écouler de la drogue fournie par les Marocains de la cité voisine, allant jusqu’à embringuer le jeune frère de Quentin.

Mon avis

Dire que ce roman a trouvé écho en moi serait un euphémisme. Un roman empreint de nostalgie, celle de l’enfance, mais aussi celle de cette campagne qui, il y a encore une quarantaine d’années, permettait aux citadins de se dépayser, qui faisait vivre ceux qui y habitaient, et qui, au fil des décennies, a été colonisée au point de devenir annexe des grandes villes et y a perdu son âme.

Lorsque l’auteur revient à Morcerf, village où ses parents possédaient une maison de campagne et où il a passé chaque vacance de son enfance, il ne s’attend pas à trouver un lieu qui n’est plus que l’ombre de ce qu’il a été. Certes les années ont passé, la mémoire enjolive quelque peu les souvenirs, mais tout de même. Au travers des destins croisés de Quentin et Gary, jeunes du village qu’il a connus en étant enfant, Franck découvre quelle a été la marche inexorable de ces terres qu’il aime tant et de ces villageois, vers un destin fait de désillusions et de renoncements, au nom d’un progrès qui détruit tout, terres et gens.

On y trouve de très beaux portraits, que ce soit Quentin, ce fils de garde-chasse, viscéralement attaché à sa terre au point qu’il renonce même à l’amour de sa vie pour ne pas la quitter, ou Gary, ce jeune mal-aimé qui, parce qu’il n’a connu que la violence, s’enlise dans cette même violence au point qu’elle le détruira, et enfin Tikidi, cet homme sans nom qui travaille avec Quentin et son père, porte-parole de la terre avec qui il a toujours vécu en véritable symbiose.

Ce livre m’a touchée parce que ce dont il parle, je le vis. Je suis une citadine de naissance, installée à la campagne depuis bientôt vingt ans. Cette campagne est celle de mes racines familiales et, si je n’y suis pas née, je suis très attachée à son histoire, à ses habitants, à ses traditions, qui font que l’on y trouve -ou plutôt y trouvait- une qualité de vie et une convivialité incomparables. Cette campagne, je l’ai vue évoluer au fil des ans. Les parcelles de terre -cultivées ou non- étaient encore nombreuses lorsque je suis arrivée. Du verger amoureusement entretenu au terrain d’agrément jouxtant les maisons. Petit à petit, elles se sont réduites, au fur et à mesure que sont venues s’y construire de nouvelles maisons. Des pâtures se sont transformées en lotissements, dont les maisons -souvent propriétés de citadins venus chercher une qualité de vie- restent closes en permanence parce que les habitants travaillent ailleurs. Au fil du temps, j’ai fait le constat que l’on devenait une cité dortoir de la ville la plus proche, et ça me fait mal aux tripes. Alors que tout le monde connaissait tout le monde, on en arrive aujourd’hui à ce qu’un gamin qui dit bonjour dans la rue se fait regarder de travers… Cette campagne qui perd ses emplois, ses commerces, où la désespérance et l’ennui font que de plus en plus de gens se tournent vers l’inimaginable et le monstrueux, comme si celui-ci pouvait lui apporter un quelconque bien-être… Tout comme la campagne de l’enfance de Franck Courtès, la mienne perd chaque jour un peu plus son âme.

J’avais été séduite par Toute ressemblance avec le père en 2014, ce second roman de l’auteur ne m’a pas déçue. Il est de ceux qui marquent parce qu’ils sont humains, parce qu’ils éveillent en nous la nostalgie des paradis perdus.

Sur une majeure partie de la FranceFranck Courtès – Editions JC Lattès

Publicités

Toute ressemblance avec le père – Franck Courtès

Quatrième de couverture

« Au même âge que mon fils, je m’étais hissé au sommet d’une meule un soir, au bord du plateau. Je dominais la vallée de l’Ourcq. La nuit approchait. Les nuages venaient de loin et j’avais un peu froid. Devant moi, la terre brune, les bois sombres, le vent dans mon dos, dessinaient les contours du bonheur, les points cardinaux d’une boussole imaginaire. J’étais un cristal de garçon.»

Comment se défait-on des fantômes du passé?
Ils sont trois personnages, une mère et ses deux enfants, Mathis et Vinciane, à tenter de survivre après la mort accidentelle de Jacques. Si Mireille, inconsolable, s’est figée dans son destin de veuve d’un héros magnifié, Vinciane, elle, traverse les océans pour oublier. Quant à Mathis, prisonnier de l’image paternelle, il enchaîne les conquêtes et s’abîme dans la séduction. Tous se débattent mais le fantôme de Jacques rôde, un fantôme qui épouserait les fantasmes et les culpabilités de chacun.
Mais vient un jour où il faut solder les comptes et songer à l’avenir.

Mon avis

Toute ressemblance avec le père est un premier roman, car si Franck Courtès avait déjà été publié auparavant, c’était avec un recueil de nouvelles (que je n’ai pas lu d’ailleurs). Je me suis donc immergée dans cet univers que je découvrais. Beaucoup de personnages différents au départ m’ont un peu perdue, mais j’ai très vite accroché au récit. Au travers de la vie de cette famille, c’est l’histoire des blessures de la vie, du deuil impossible qui est abordée ici.

Avec la mort accidentelle de Jacques, le père, c’est l’univers de la famille qui s’écroule d’un coup, surtout lorsque l’on découvre avec elle que le défunt n’était pas celui qu’elle croyait. Mais, c’est bien connu, pour certaines personnes les défunts deviennent des saints, leurs travers sont comme gommés par le trépas. C’est cela que fait Mireille, sa veuve. Elle s’enferme -et ses enfants avec elle- dans le mythe du mari irréprochable et dans le rôle de veuve éternelle ; s’interdit de vivre et par la même occasion pourrit la vie de ses enfants. Sa fille préfère fuir autour du monde, tandis que Mathis -le fils- construit sa vie d’homme sur des failles, des manques qui lui interdisent d’accéder au bonheur et à la sérénité. Trois vies empoisonnées par le « fantôme » du mari et du père qui les poursuit, décennies après décennies.

Cette histoire m’a beaucoup touchée parce qu’elle est criante de sincérité. La plume est simple et agréable à lire, les dialogues sonnent juste. J’ai passé un très beau moment de lecture, un de plus car cette rentrée est riche en bons romans.

Pour les francs-comtois, je précise que Franck Courtès sera aux Mots Doubs à Besançon le week-end prochain. L’occasion d’acheter son livre et de se le faire dédicacer…